Le Centre Léon-Blum – Lettre ouverte au Maire de Clichy-la-Garenne

Evacuation du centre Léon-Blum

Lettre ouverte au Maire de Clichy-la-Garenne

Monsieur le Maire,

          Nous venons d’apprendre que vous aviez décidé l’évacuation des locaux du centre Léon-Blum à la fin du mois de juin. Ce pôle dédié à l’entreprenariat et à l’économie sociale et solidaire (ESS) est largement valorisé par les acteurs qui y sont implantés : l’atelier vélo depuis 2011, le café associatif Kamu le temps de vivre depuis 2014, mais aussi le Bateau Libre ; SoliCycle prête également une réserve à l’association MDB (Mieux se Déplacer à Bicyclette) pour loger les bicyclettes de la vélo-école présente sur Clichy depuis 10 ans.

          Cette annonce a été faite de manière particulièrement incorrecte. Au lendemain de la session d’installation du conseil municipal, le 25 mai, les bénévoles du Kamu ont été appelés par un responsable technique de la Ville les enjoignant de vider les lieux et de rendre les clés le 30 juin. Un mail a suivi cet étrange appel informel. Pas de démarche officielle, pas de rendez-vous proposé pour discuter de leur avenir ni d’un éventuel relogement. Aucun élu n’a daigné se déplacer pour les rencontrer. Cette demande se voudrait purement administrative, alors qu’elle est de nature avant tout politique.

          La convention par laquelle la Ville prête des locaux du centre artisanal aux associations de l’économie sociale et solidaire arrivait à échéance le 30 mars. C’est par voie de presse que les structures avaient appris, à la fin de l’année, l’existence de projets de construction d’un « pôle commercial » (jardinerie, restaurant panoramique…), visant le mail Léon-Blum. Ils avaient alors tenté d’obtenir un rendez-vous avec vous ou vos adjoints, en vain.

Nous condamnons la méthode employée, qui fait fi de la concertation et contredit le discours que vous avez tenu à la presse : « Dès 2015, nous avons souhaité donner une dimension économie sociale et solidaire au centre avec plusieurs structures comme l’épicerie solidaire », et « nous sommes en discussion avec toutes les associations pour trouver des locaux dans Clichy » (Le Parisien, 16 décembre 2019). Cette méthode s’assied aussi sur les promesses de campagne d’Oxygène : « La participation de tous à la vie locale » (promesse n° 10) et « favoriser la démocratie locale » ; « Plus de 300 associations, animées par des bénévoles engagés, font l’âme de la ville. Leur richesse représente un formidable moteur de l’animation de la vie locale. Nous faciliterons la gestion des associations au quotidien, pour permettre aux Clichois d’exercer leurs activités dans des conditions optimales » (préambule aux projets culturels de la liste de M. Muzeau).

Vous vous étiez engagé à proposer une solution permettant aux structures de l’ESS de poursuivre leurs activités. Où est donc cette proposition qui aurait dû être formulée avant toute exigence de quitter les lieux ? Doit-on conclure qu’elle n’est plus d’actualité et que c’est l’existence même de ces actions que vous remettez en cause ? Il en va de leur survie !

          Vous êtes, bien sûr, au courant de l’utilité et de la qualité du large programme d’activités et d’animations du Kamu, porté sans faille par des militants associatifs investis et bénévoles, qui contribuent à le faire rayonner au-delà de Clichy. Vous êtes, bien sûr, au courant de l’utilité de la structure d’insertion SoliCycle, qui accompagne des demandeurs d’emploi en réparant des vélos destinés au rebut. Et vous connaissez l’importance de permettre à tous d’apprendre à conduire un vélo en ville, surtout à l’heure des séquelles de la pandémie du Covid-19.

En décidant unilatéralement l’évacuation des locaux, c’est l’ensemble des activités des associations et entreprises du centre artisanal Léon-Blum qui est remis en cause. Vous prenez le risque d’anéantir des années d’efforts fournies par les équipes de bénévoles du Kamu pour créer du lien, de la solidarité et développer une offre culturelle populaire et de qualité, ainsi que des loisirs exceptionnels à Clichy (fêtes et concerts, expositions, projections-débats, contes, théâtre, goûters avec animations pour enfants, jeux, ateliers de céramique, de couture…). Chaque mercredi, il accueille la distribution d’une des AMAP les plus importantes du territoire. Le conseil général des Hauts-de-Seine avait d’ailleurs classé le Kamu lauréat, lors de son appel à projets de 2014. L’association bénéficie de subventions de la Région, du Département et de la Ville.

L’économie sociale et solidaire est particulièrement adaptée à la situation post-crise sanitaire. Elle est créatrice d’emplois de proximité, non délocalisables, en direction de populations souvent exclues du travail ; elle accueille et remobilise des jeunes en mission de service civique ; elle apporte des services en lien direct avec les Clichois et crée du lien social comme avec les pensionnaires de la Fondation Roguet, avec des associations comme Artisans du monde, la Porte-Bonheur, D’un livre à l’autre, les parents d’élèves de la FCPE, la Ligue de l’enseignement, etc.

Cette économie a du sens et s’inscrit dans la durée, elle a bien plus d’avenir que les entreprises fonctionnant sur des niches d’opportunité. L’épisode de la pandémie nous l’a violemment démontré : c’est un changement de société qu’il convient d’amorcer, en revoyant les critères de la réussite économique et sociale, pour passer d’une économie débridée et destructrice à une économie responsable et durable, pour proposer un monde vivable aux générations futures.

L’ensemble des grands projets d’avant le confinement doit être revu de manière à ne pas reproduire les erreurs du passé. Il convient d’organiser à Clichy un grand débat citoyen, inédit, une vraie consultation populaire permettant d’élaborer un projet avec les Clichois pour notre ville. Urban Osmose, la disparition de l’hôpital Beaujon, sont des projets qui ont été décidés dans les bureaux du pouvoir municipal ou de la Métropole, hors de toute concertation publique, hors-sol. Ils ne prennent pas en compte l’intérêt commun. Ils datent du monde d’avant et doivent être gelés.

Monsieur le Maire, Clichy en Commun vous demande de suspendre le délogement des structures du centre artisanal Léon-Blum. Vous nous avez promis, lors du premier conseil municipal de ce mandat, d’être à l’écoute des élus de l’opposition : prenons le temps de la réflexion et trouvons une solution pour l’ensemble des entreprises de Léon-Blum et pour le quartier Beaujon.

Clichy en Commun

Le Kamu lors de la réouverture des terrasses

5 réflexions sur “Le Centre Léon-Blum – Lettre ouverte au Maire de Clichy-la-Garenne”

  1. Dans le contexte actuel où le social et l’humain devraient l’emporter, c’est vraiment très impopulaire et incorrect vis à vis des associations et des habitué-es

  2. Un espace de philosophie et de solidarité. Un bout de rêve et de fraternité. Une île de rêves et de la bonne parole.
    Bonne continuation… Hasta la Victoria siempre…..

  3. Après moult obstacle pour empêcher le Conseil Citoyen d’exister, le 13 décembre 2019, nous avons organisé au Kamu la première rencontre publique du Conseil Citoyen. Deux hommes d’une trentaine d’années, drogués et alcoolique sont venu, menaçant de tout casser : mot d’ordre : tu ne feras pas cette réunion. J’ai été agressé verbalement et physiquement devant témoins. Les responsables du Kamu ont bien géré le problème et la réunion a pu avoir lieu. Le Kamu est implanté dans le quartier prioritaire Bac d’Asnières et Beaujon.
    L’objet était la présentation du conseil citoyen, la politique de la ville et le Grand Paris. Nos fonctionnaires ont hurlé. Nous pouvions aborder les problème de crotte de chien mais pas du Grand Paris. Or le projet Léon Blum relève du Grand Paris et en cette fin de décembre 2019, des tractation étaient en cours avec des propriétaire notamment de parking. C’est pourquoi, tout débat susceptible d’ouvrir les yeux aux aveugles était perçu comme une menace pour ce projet.
    Le comble est que depuis février 2020, M. Muzeau a été désigné Président de l’EPT!!!
    Parlons en en quand vous voudrez. Bien à vous. André Mayo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *